Le BRF ou COMMENT DES SOLS INCULTES PEUVENT RETROUVER RAPIDEMENT FERTILITÉ ET PROSPÉRITÉ :

    La technique d’"aggradation des sols", mise au point au Quebec dans les années 70 par Edgar Guay et approfondie par l'équipe du Pr Gilles Lemieux 10 ans plus tard est directement issue de l’observation du cycle de formation de l’humus dans les forêts.

L'aggradation est un processus naturel, accentué par l'homme, qui permet, au moyen de certaines matières organiques, de régénérer le potentiel de production des terres. On découvre aujourd'hui que les branches du jardin qui partent habituellement en fumée ou à la poubelle peuvent nourrir les plantes et potagers ! C’est le principe du bois raméal fragmenté (BRF), un nom barbare qui part pourtant d’une idée simple : broyer tout ce qui tombe de l’arbre (bois vert, feuilles, brindilles) pour épandre et fertiliser les sols.

Cette pratique bouleverse les idées que l’on se fait de l’agriculture : travail, labour, irrigation, traitements sanitaires des sols...Avec les BRF, c’est le sol qui travaille à la place de l’agriculteur ! Sans eau, sans biotechnologies coûteuses et sans ogm !

Avis aux agriculteurs et aux jardiniers : une révolution écologique douce est à portée de main..

;BRF_couv
 

*Un exemple en Quercy  




 « Des fois je flippe, je me dis que je vais arroser, qu’il fait trop sec, que c’est pas possible, ça tiendra pas. Et puis je me dis allez ! Fais confiance. Et je laisse faire. Et j’ai eu raison jusqu’à présent, t’as vu, ça marche ! ».

Cultivant les terres drainantes d'une combe sur les Causses du Quercy, Jacky Dupety, agriculteur à   la Ferme du Pouzat à Livernon (46), victime de la canicule de 2003 cherche un moyen d'humidifier le sol.

  

 jacky


Après avoir trouvé les coordonnées du comité Jean Pain en Belgique, il accéde à la documentation publiée par le Pr Lemieux et le Groupe de Coordination sur le Bois Raméaux, de l'université de Laval (Québec) qui poursuit l'expérimentation de Claude Guay dans les années 70.

Après la lecture de quelques documents, la simplicité de la technique (malgré la complexité des phénomènes mis en oeuvre) le décide de passer à la pratique en 2004.

 

* Le Bois Raméal Fragmenté, qu'est ce que c'est ?

 
Ce ne sont pas des copeaux, ni de la sciure, ni  des déchets de menuiserie. C'est du bois VIVANT, c'est à dire, encore en sève, que l'on va prélever sur les arbres en les taillant, ou tout simplement en entretenant les haies ou les arbres fruitiers.

Une autre solution consiste à trouver un partenariat avec une entreprise d'entretien des parcs et jardins.Ainsi celle-ci valorise ses "déchets" au lieu  de payer pour les mettre en décharge ! 

 

 


Lorsque l'on est décidé à le fait soi-même, on peut réaliser les trois opérations très rapidement : couper les branches, les broyer et les épandre sur le sol. Selon la surface à ensemencer, ça prend plus ou moins de temps. .Cela se fait en hiver, et ça réchauffe ! On peut utiliser une broyeuse pour travailler à plus grande échelle.

 Choisir des branches d'un diamètre inférieur à 7 cm et   privilégier les essences locales. Sur les Causses c'est le chêne qui domine et c'est tant mieux car il est riche en tanins.Le bois vivant épandu au sol donne un sol vivant et humide qui permet de cultiver des légumes, tomates, céréales, poireaux etc

JackyLivre
Plusieurs années de pratique et de culture selon la technique des Bois Raméaux Fragmentés notamment à la Ferme du Pouzat et au Québec démontrent avec simplicité, combien l'agriculture "classique" fait fausse route. C'est une leçon de "sciences naturelles" !
Du jardin aux champs et sous toutes les latitudes, l'"aggradation", processus de culture mis en oeuvre grâce aux BRF est universel et met en oeuvre des mécanismes complexes que la recherche scientifique découvre, peu soutenue par une agro-chimie préoccupée par l'écoulement de ses stocks de pesticides et poisons divers.

Le recyclage des branches Bois raméal fragmenté n'est pas la seule alternative agricole.Il existe d'autres approches remarquables à l'agriculture chimique : Biodynamie (préparations, rythmes, calendrier lunaire), permaculture, culture sur butte, paillage, agriculture naturelle, et bien sûr agriculture biologique labellisée AB etc…


*Quelques notions scientifiques (d'aprés le site de la FAO) :

    Deux chercheurs finlandais et français , Leisola & Garcia en 1989 sont les premiers à   montrer le rôle des enzymes spécialisées dans l'utilisation des cycles benzéniques des lignines dans la formation des fractions humiques et fulviques du sol. Ainsi, la lignine si souvent décriée par l'industrie devient la pièce maîtresse de la structure de la biologie et de la fertilité des sols.

En incorporant les Bois Raméaux Fragmentés au sol  , non seulement on introduit un grand nombre de nutriments, mais surtout une complexité de vie capable de générer certains nutriments comme l'azote et le phosphore; totalement dépendants de l'activité biologique. Ainsi, l'azote est apporté au sol par des nitrogénases produites par un grand nombre de formes de vie et le phosphore est dépendant des phosphatases pour le rendre disponible à la croissance des plantes.

Conclusion :

En résumé, les B.R.F. apportent au sol l'ensemble des mécanismes biochimiques d'origine biologique.
Des expériences et applications menées au Canada, en Europe, en Afrique, en Australie de même qu’à Madagascar donnent des résultats incontestables : DES SOLS INCULTES RETROUVENT RAPIDEMENT FERTILITÉ ET PROSPÉRITÉ .imagine_juillet_aout_2009

  En France, Jacky Dupety, Eléa Asselineau , auteur du livre sur les BRF (voir plus haut) et son co-auteur Gilles Domenech qui a créé en 2008 l'entreprise "Terre en sève" font figure de pionniers.
Ils nous apprennent que les BRF sont de plus en plus utilisés dans les parcs et jardins, les espaces verts (Rennes, Bordeaux, Auch, Paris, Rhône-Alpes pour la France ; Montréal pour le Québec), chez les agriculteurs et les particuliers, en France et ailleurs (notamment en Afrique).

Enfin, des filières s'organisent, des associations se créent, des fonds commencent à être débloqués pour étudier les mécanismes et améliorer les techniques d'applications. Le Ministère de l'Agriculture a commandé 400 exemplaires du livre !

Sans aucun doute, les branches ne sont plus des déchets et chaque jour nous sommes de plus en plus nombreux à le comprendre !

 Comme  le disent Tiffen Hervouët et Frederic Gana ( cheminfaisant2005.net) qui ont parcouru la France à pied à la recherche d'alternatives en agriculture, l 'Agroécologie (dont le BRF est un exemple) n'est pas une technique, c'est une démarche philosophique qui nous amène à privilégier la diversité sur l'uniformité, la reproductibilité sur la stérilité, le potentiel d'évolution sur l'inertie, les échanges locaux sur les échanges dématérialisés, l'utilisation de ressources locales plutôt que l'importation outrancière de marchandises, le respect de la vie sous toute ses formes, du sol, à la plante, à l'animal, à l'homme, le recours à des pratiques économes et autonomes.
   
             







 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

  La preuve en vidéo avec Jacky Dupety et Sylvain Houlier (ci-dessous)





 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liens utiles ( voir aussi BRF sur Wikipédia) :

*  Elagage06 (possedent une broyeuse) dans les Alpes-Maritimes : 

http://blog.elagage-06.fr/tag/brf/

*http://www.lesjardinsdebrf.com

 *http://www.aggra.org/

*http://www.ofqj.org/actualite/325

 *http://www.cheminfaisant2005.net/Rencontres/Producteurs/Producteur.php?Prod_Id=20